Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 23:41
Suite à l'article sur la gravure un peu plus loin sur ce blog, je continue
donc ce début d'explication de la gravure sur bois à la Chinoise.
Et j'ajoute quelques précisions, sur la gravure elle même : Dans la méthode
traditionnelle, le bois le plus souvent utilisé est le poirier car il est très dur.
Seulement, il est également très dur à graver... J'ai essayé, et j'ai failli
me couper le doigt car la lame de mon couteau à dérapé. Donc, j'ai préféré
le contreplaqué, un bois beaucoup plus souple, mais qui n'autorise que peu
de finesses car il casse très facilement. Pour graver des lignes fines, c'est
assez délicat, il faut entailler le bois avec un angle de 45°, de façon à ce que
la ligne soit épaisse à la base et fine en surface. Ainsi elle ne saute pas.
undefinedundefined




D'où la forme des gouges. Mais pour tout ce qui est ligne et finesses on utilise,
en Chine et au Japon, ce même outil qui s'appelle le Quan Dao.
Il est extrêmement aiguisé.
undefinedundefined

Une fois que le bois est gravé, on procède à l'impression :
Celle ci se fait avec des encres solubles à l'eau (encre de Chine, aquarelle, gouache... par contre pas de peintures genre acrylique qui durcissent en séchant).
Cette technique est très souple, et nécessite extrèmement peu de matèriel. Il suffit d'une simple table, des encres, du papier, des pinceaux et d'un baren, et c'est presque tout ! En tout cas pas de lourdes presses, de rouleaux etc ...
On peut aussi ajouter aux encres des liants, j'ai vu sur un site des Allemands le faire. Ca permet des impressions plus denses, de travailler avec des pigments, mais ça je crois que c'est plutôt la technique Japonaise...


La table d'impression :
La table que j'utilisais en Chine était spécialement faite pour cette technique d'impression, mais quelque chose dans le même genre peu se bricoler très facilement. Et puis si on ne cherche pas à imprimer des séries, et qu'on a pas besoin de repérage, un simple plan de travail suffit.
Sur la table que j'utilisais, il y avait une sorte de "planche" qu'on pouviat enlever de la surface de la table. On laisse tomber les feuilles par cet espace pour qu'elles sèchent. Ainsi les feuilles ne bougent pas durant toutes les impressions même s'il y a plusieurs passages. On ne calle donc pas chaque feuille par rapport au bois, mais le bois par rapport au placement des feuilles.
Dans cette technique, chaque élément de l'estampe est gravé séparément sur de petits morceaux de bois. On ne grave pas tout sur un bois, au format de l'image. On peut donc ensuite disposer de ces petits éléments de la façon qu'on souhaite. C'est ce que j'ai fait pour le projet que j'ai réalisé. J'ai gravé une série de footballeurs que j'ai disposé ensuite sur mon plan de travail.

Le principe de l'impression est très simple, mais devient rapidement très très technique suivant les effets que l'on veut obtenir.

undefinedundefined

Préparation de l'encre :

On commence par préparer la ou les encres que l'in va utiliser sur une assiette, ou dans des bols (encre de Chine, gouache etc...) avec plus ou moins d'eau selon le résultat souhaité. Toujours assez liquide en tout cas. C'est bien d'avoir plusieurs bols, avec dans chacun l'une des couleurs à utiliser.

undefinedundefined

Préparation du papier :
J'ai uniquement pratiqué cette technique avec des papiers chinois, très fins. Mais ils sont tous différents, et ne réagissent pas du tout pareils en fonction de leur épaisseur. Plus un papier est fin, plus l'encre va se diffuser, et créer ces auréoles typiques. Plus il est épais, et plus il sera difficile à imprimer mais plus l'impression sera nette et la couleur dense.
Le papier peut être légèrement humidifié avant d'être imprimé, cela le rendra plus réceptif à l'encre, cela permet plus facilement d'imprimer sur des papiers épais. On humidifie uniformément avec un vaporisateur et on attend le temps qu'il faut pour que l'humidité soit celle désirée (généralement on cherche à avoir un papier pas trop mouillé pour que l'encre ne se diffuse pas trop et juste assez pour que celle ci soit quand même entraînée par ce peu d'eau dans la fibre du papier). Tout réside dans ce certain équilibre, juste l'eau nécessaire pour que l'encre ne reste pas en surface, mais colore les fibres à l'intérieur de la feuille.


Premier encrage :
On applique un peu d'eau sur le bois. Uniquement pour que le bois ne boive pas toute l'encre. Puis, on encre directement avec un pinceau. Là, tout est à essayer, plus ou moins d'encre, ou d'eau... on peut encrer des zones avec une couleur dense, puis à côté ajouter beaucoup d'eau pour faire des lavis, ou bien encrer très foncé, puis avec un pinceau sec reprendre l'encre en surplus sur le bois. Cela permat de faire ressortir par exemple les veines du bois. Tout est à essayer, de nombreux effets sont possibles bien que longs à maîtriser, et surtout à reproduire. Tout dépend de l'épaisseur du papier, du type de l'encre etc... A chaque tirage on recommence, sans avoir besoin de commencer par mouiller le bois.

undefinedundefined

Impression :

Les feuilles étant parfois vraiment fines, il s'agit d'être délicat pour ne pas les déchirer en les manipulant et particulièrement si elles sont humides. On en place une sur le bois encré, puis rapidement, avant que le bois ne sèche et boive l'encre qu'on y a déposé, on imprime manuellement avec un baren. Là on frotte, assez fort. On peut placer un rhodoïd au dessus de la feuille, pour que le baren ne la déchire pas. Si la feuille est callée avec d'autres sous des poids, on peut la lever, regarder son impression, et si besoin ré-encrer certaines parties du bois puis ré-imprimer. Et ce autant de fois que nécessaire.
Voila pourquoi cette technique est tant à cheval entre la peinture et l'estampe. Parce qu'on ne peint pas directement sur la feuille, on passe par une matrice, MAIS, le moment de l'encrage peut être tellement décomposé, devenir une telle succession de passages, faisant se mêler les encres entre elles qu'on est très proche de la peinture dans la construction de l'image.

undefinedundefinedundefinedundefined


Cette technique est vraiment souple une fois que l'on à gravé les matrices, on peut les bouger très facilement, et créer autant de compositions que l'on veut. J'ai fais ça un soir, où j'ai repris toutes les plaques de mon premier projet, et j'en ai imprimé une série de huit images, utilisant les plaques à des fins différentes de celles prévues. C'était très rigolo, et récréatif. Au final, je crois même que je préfère ces huit images uniques imprimées en une soirée à cette série grand format en quinze exemplaires, que j'ai mis près d'un mois à imprimer. Les images seront dans le prochain post, en attendant elles sont visibles dans l'album "prints" à droite.
undefined
undefined



Partager cet article

Repost 0
Published by Julien Billaudeau
commenter cet article

commentaires

QIN 23/02/2011 18:09



Bonjour,


Je trouve votre blog sur l'internet par hasard.c'est très intéressant et j'ai été émue.


Parce que j'ai étudié à l'école des beaux-arts de chine(à Hangzhou) du 2006-2010.Il y a 4 années en l'art plastique, maintenant je suis en France pour continuer mes études.lol.Je
pense qu'on a le même sentiment pour vivre et étudier à l'étranger.


En plus,je suis contente de vous connaître. on peut communiquer sur email,ok?


Cordialement.


QIN



DI BATTISTA 22/01/2010 17:53


Bonjour. Je me présente, je m'appelle Elodie, je suis francaise de la region stéphanoise. J'ai repéré ton blog par hasard, je suis étudiante aux beaux art de st etienne en 4eme année, je viens
d'effectuer un voyage au Japon de 4 mois et je fait beaucoup de photographie et d'encre de chine. J'ai découvert l'estampe japonaise au court de mon voyage et je voudrais te poser quelque
question pratique.
Tout d'abort des questions sur le choix du bois et des couts préférenciels, je trouve beaucoup de bois de récupe mais il y a trop de contraintes de format et ils sont peu fiable.
De plus tu parles du papier chinois très fin, saurais tu ou je pourrais en trouver?

Je te remercie d'avance.

Si tu souhaites connaitre mon boulot, j'ai fait un blog de voyage, elokkaido.blogspot.com
Se sont essentiellement des photographies, je n'ais pas encore pris le temps de faire un books de mes réalisations "picturales" 

Amicalement

Elodie


clem 15/07/2009 16:08

merci pour ce blog instructif et dépaysant.bonne continuation

Présentation

  • : wo shi Zhongguo-ren (je suis chinois... pendant trois mois)
  • wo shi Zhongguo-ren (je suis chinois... pendant trois mois)
  • : séjour de trois mois en chine julien Billaudeau
  • Contact

Recherche